Ca se passe juste au dessus de vos têtes et ces trainées d’avion sont tout sauf naturelles !!

Le ciel bleu indigo n’existe quasiment plus en France, à cause de ces épandages volontaires et programmés.

Le nom chemtrail est un néologisme construit par la contraction de l’anglais chemical trail, soit « traînée de produits chimiques », sur le modèle de et par opposition avec contrail (contraction de condensation trail ou traînée de condensation).

D’après les multiples observations faites dans de nombreux pays, les chemtrails sont donc des traces blanches laissées dans le ciel qui ressemblent aux traînées de condensation des avions à réaction, mais diffèrent de celles-ci. Ainsi, à la différence des traînées de condensation, elles disparaîtraient beaucoup plus lentement et ne se formeraient pas à la « bonne » altitude.

Diverses théories sont associées aux chemtrails, toutes basées sur une hypothèse de départ qui est le fait que les chemtrails seraient constitués de produits chimiques inconnus déversés en haute altitude pour des raisons inconnues. Parmi les objectifs supposés de ceux qui procéderaient à ces épandages, on trouve la modification du climat et notamment la lutte contre le réchauffement planétaire, l’empoisonnement des populations, un moyen de communication pour l’armée, des expériences de guerre biologique ou des intentions occultes.

Voici pour commencer une vidéo, des meilleurs clichés d’épandage:

Selon les partisans des chemtrails, on peut constater les faits suivants dont certains indiqueraient une différence entre les chemtrails et les traînées de condensation(contrails) :

  • Les chemtrails seraient toujours répandus par temps secs et pas ou très peu ventés.
  • Les chemtrails seraient dispersés lorsque l’indice UV est prévu pour être particulièrement élevé par rapport aux normes de saison.
  • Les chemtrails seraient répandus suivant l’orientation du soleil (de l’Est à l’Ouest).
  • Les chemtrails disparaîtraient beaucoup plus lentement que les traînées de condensation d’avions, et resteraient plusieurs heures en forme de “trails”, à la suite de quoi elles s’étendent, pendant un long moment, pour former un voile artificiel; durant ce temps, il possible d’observer des volutes aux formes inhabituelles et très diverses. Il en résulte un ciel brumeux et blanchâtre. Dans certains cas, il serait également possible d’observer la formation de nuages à la même hauteur que ce voile.
  • Les chemtrails seraient, la plupart du temps, répandus au-dessus des villes quelle que soit leur taille, et leur taux de pollution, et ce au niveau mondial. [3],
  • Les jours où il a été prévu de disperser les chemtrails, on pourrait distinguer – simultanément – et – jusqu’à une dizaine – d’avions balayant le ciel pour y disperser des chemtrails.
  • Les avions dispersant les chemtrails ne suivraient pas forcément les couloirs aériens, voleraient généralement assez bas et auraient des directions atypiques par rapport à des avions de ligne normaux. D’autre part, ils seraient banalisés, rendant leur identification délicate. Leurs réacteurs ne produiraient aucune traînée visible dans certains cas.
  • Il aurait été remarqué que les chemtrails sont souvent dispersés suivant des motifs de quadrillages, lignes parallèles, ou croix.
  • Il serait également possible d’observer, sur certains chemtrails, les lieux de commencement et/ou de fin de leur épandage;
  • On peut remarquer des avions laissant des trainées de condensation normales (courtes et éphémères), voire des avions qui n’en laissent aucune, ceci alors qu’ils volent aux milieux de chemtrails laissées par d’autres avions.
  • Enfin, dans certains cas, les chemtrails (ou le voile issu de chemtrails) apparaîtraient rouges aux coucher du soleil.

Des analyses auraient été effectuées et auraient surtout révélé de l’aluminium et du baryum voire du calcium, du magnésium, du titanium et des fibres de polymères microscopiques dans des zones supposées avoir été exposées au chemtrails [4].

On notera qu’un des moyens de « lutter » contre les chemtrails serait l’usage de chembusters.

Un phénomène est observé de plus en plus, validant la réalité des épandages : le “chembow” (pour chemical rainbow), pseudo arc-en-ciel, qui a la singularité d’être à l’envers, et qui témoigne d’un processus d’irisation, démontrant la présence de micro-particules dans l’atmosphère. Cette observation, nouvelle et inhabituelle, est clairement en faveur de l’existence d’épandages microparticulaires dans l’atmosphère.
Alors question y a-t- il une enquête officielle sur les chemtrails, et qu’est ce qui pourrait expliquer ces épandages massifs, nous pensons avoir trouver un élément de réponse à travers ce reportage. En effet, des études statistiques ont démontrés que le jour du 11 Septembre 2001, tous les avions avaient pour ordre de rester au sol, et ce jour précisément, la température planètaire a brusquement augmenté. Y a-t- il donc un lien entre les gaz à effets de serre épandés dans le silence le plus total des médias, et le fait que sans ces gaz la Température terrestre augmenterait brutalement ( et remettrait en cause la théorie des apôtres du réchauffement planétaire) , à vous de vous faire votre idée, mais une cchose est sûre, si le cas échéant le vol d’avions est nécessaire au maintient des températures, nous nous trouverions dans une impasse totale pour résoudre le problème du réchauffement climatique…

Dans l’ombre du ciel