France libre

De Londres, de Gaulle forme d’abord et dirige les Forces françaises libres. Le but n’est pas de former une légion de volontaires qui continueraient la lutte aux côtés de l’Empire britannique. Il s’agit de remettre la France en tant que telle dans la guerre contre Hitler, en formant une armée et un contre-État doté de tous les attributs de souveraineté et légitimité, et qui se donne une base territoriale en ralliant les territoires français de l’Empire colonial, future plate-forme de la reconquête.

Dès le début de l’été 1940, à partir de presque rien et assisté de quelques volontaires, de Gaulle jette ainsi les bases d’une marine (FNFL), d’une aviation (FAFL), de forces terrestres (FFL), d’un service de renseignements (le BCRA du colonel Passy, vite actif en métropole). La Croix de Lorraine proposée par l’amiral Muselier[22],[23],[24], devient son emblème. Les statuts juridiques de la France libre et ses rapports avec le gouvernement anglais sont fixés par le juriste René Cassin. La France libre a bientôt sa banque, son journal officiel, ses décorations – le Général fonde l’Ordre de la Libération à Brazzaville dès octobre 1940, pour honorer ses “compagnons“. Des comités français libres actifs dans le monde entier se constituent et tentent de rallier à de Gaulle les Français de l’étranger, les opinions et les gouvernements.

En France, de Gaulle est condamné par contumace d’abord à quatre ans de prison et la perte de la nationalité française[25], puis, le 2 août 1940, le Tribunal militaire de Clermont-Ferrand le condamne par contumace à “mort, dégradation militaire et confiscation de ses biens meubles et immeubles” pour “Trahison, atteinte à la sûreté extérieure de l’État, désertion à l’étranger en temps de guerre sur un territoire en état de guerre et de siège”. En Grande-Bretagne, il trouve en revanche le soutien de Winston Churchill, mais aussi celui du Parlement, de la presse et de l’opinion publique, reconnaissantes au “gallant French” d’être resté aux côtés du pays au pire moment de la menace allemande. Cet appui, comme celui de l’opinion américaine, se révélera un atout très précieux lors des tensions avec Londres et Washington[26].

Obtenant le ralliement de plusieurs possessions coloniales françaises, notamment en Afrique grâce au ralliement rapide du gouverneur Félix Éboué (le 28 août le Tchad, le Congo et le Cameroun, le Gabon étant conquis dans le mois de novembre 1940), de Gaulle se place à la tête du Comité national français à partir du 24 septembre 1941. Mais il fait surtout en sorte que la France reste présente dans le camp allié, par ses Forces françaises libres (FFL) qui continuent le combat sur les différents fronts. En outre, à partir de 1941-1942, il stimule et obtient le ralliement de la résistance intérieure, grâce au colonel Passy, à Pierre Brossolette et à Jean Moulin, ce qui le conduit à transformer la France libre en France combattante.

Ce ralliement n’allait nullement de soi : comme l’a noté Robert O. Paxton dans La France de Vichy, en 1940, bien des résistants de gauche refusent de voir dans ce militaire qu’ils croient à tort proche de l’Action française un chef convenable, et beaucoup de résistants de droite lui reprochent sa dissidence explicite avec Vichy — à moins qu’ils ne préfèrent, comme Marie-Madeleine Fourcade, n’avoir de relations qu’avec les services secrets britanniques. Selon Jean Pierre-Bloch, Christian Pineau, Henri d’Orléans (« comte de Paris ») et même le gaulliste Pierre Lefranc, le ralliement à la République n’aurait d’ailleurs été que tactique, avant une restauration monarchique (selon Henri d’Orléans). Mais les républicains étant hégémoniques dans la Résistance intérieure et de plus en plus puissants au sein de la France libre, la concurrence du général Giraud, militaire égaré en politique et qui commet, lui, la maladresse de ne pas condamner Vichy avant mars 1943, l’invite à rallier les républicains et à en obtenir le soutien.

Dès 1940, de Gaulle se pense comme l’incarnation de la France, en opposition au Maréchal Pétain. Il n’aura de cesse que soient protégés les intérêts de la France, dans la guerre et après le conflit. Il obtient ainsi de Churchill la signature, le 7 août 1940, de l’accord des Chequers, par lequel le Royaume-Uni s’engage à sauvegarder l’intégrité de toutes les possessions françaises et à la « restauration intégrale de l’indépendance et de la grandeur de la France ». Le gouvernement britannique s’engage de plus à financer toutes les dépenses de la France libre, mais de Gaulle insiste pour que ces sommes soient des avances remboursables et pas des dons qui jetteraient une ombre, aussi ténue soit-elle, sur l’indépendance de son organisation. Les sommes dites seront effectivement remboursées, et bien avant la fin de la guerre.

Malgré les relations de confiance scellées par traités entre Churchill et de Gaulle, les deux géants ont des relations parfois tendues, gênées par l’anglophobie que manifestait le Général dans les années 1920 et 1930, mais jamais malsaines. Et quand Churchill, à court d’arguments, lance à de Gaulle : « Mais vous n’êtes pas la France ! Vous êtes la France combattante, nous avons consigné tout cela par écrit », de Gaulle réplique immédiatement : « J’agis au nom de la France. Je combats aux côtés de l’Angleterre mais non pour le compte de l’Angleterre. Je parle au nom de la France et je suis responsable devant elle ». Churchill abdique alors en poussant un « J’avais espéré que nous pourrions combattre côte à côte. Mais mes espoirs ont été déçus parce que si vous êtes si combatif que non content de lutter contre l’Allemagne, l’Italie et le Japon, vous voulez aussi combattre l’Angleterre et l’Amérique… ». De Gaulle recadre alors le débat en précisant : « Je prends cela comme une plaisanterie, mais elle n’est pas du meilleur goût. S’il y a un homme dont les Anglais n’ont pas à se plaindre, c’est bien moi. » Pour la petite histoire, Churchill avait surnommé de Gaulle « Jeanne d’Arc ».

Les relations avec Franklin Delano Roosevelt sont plus problématiques. Le président américain, personnellement francophile, a été déçu par l’effondrement de la France en 1940 et refroidi à l’égard de De Gaulle par l’échec de son entreprise devant Dakar (fin septembre 1940). Les antigaullistes français sont nombreux à Washington, par exemple l’ancien secrétaire général du Quai d’Orsay Alexis Léger (Saint-John Perse) qui lui décrit ce général comme un apprenti dictateur. Le président est aussi très mal informé sur la situation en France par l’ambassadeur américain à Vichy (jusqu’au mois de mai 1942), l’amiral Leahy, lui-même intoxiqué par les pétainistes. Il n’a donc aucune confiance en de Gaulle. De fait, les deux hommes se détesteront. Un mot de De Gaulle à Churchill explique en partie l’attitude française face à l’Amérique : « Je suis trop pauvre pour me courber. » De surcroît, au contraire du Général qui mise beaucoup sur l’Empire français, le président américain est profondément hostile au système colonial et envisage de confier après la guerre les colonies françaises à une institution internationale qui préparerait leur évolution vers l’indépendance. Roosevelt projetait de faire de la France un État faible, et le projet d’Allied Military Government of Occupied Territories (AMGOT) allait d’ailleurs très loin dans cette direction, en traitant la France comme un vaincu, plutôt que comme une des puissances victorieuses. La haine de Roosevelt était tellement flamboyante (il considérait de Gaulle au pire comme un futur tyran, au mieux comme un opportuniste) que même ses adjoints finirent par en prendre ombrage, y compris le très pusillanime secrétaire des Affaires étrangères Cordell Hull qui, finalement, se rangea aux côtés de la France libre et de son chef. Certains pensent que l’une des raisons de ce revirement fut la crainte éprouvée par les Américains d’un retournement de la Résistance contre eux (alors même que le débarquement était imminent) en cas d’occupation de la France.

Malgré son exclusion par Roosevelt du débarquement américano-britannique en Afrique du Nord (opération Torch), et surtout malgré le soutien apporté par les États-Unis à l’amiral François Darlan, puis au général de groupe d’armées Giraud, de Gaulle réussit à prendre pied à Alger en mai 1943. Il y créa avec Henri Giraud le Comité français de la Libération nationale (CFLN), pour unifier la direction de l’Empire libéré, et fut bientôt à sa tête.

La 2e division blindée du général Leclerc libère Paris le 25 août et celui-ci reçoit la reddition de Von Choltitz. Ce même jour, le général de Gaulle se réinstalle au ministère de la Guerre, rue Saint-Dominique à Paris, dans le bureau qu’il occupait jusqu’au 10 juin 1940, signifiant ainsi que Vichy était une parenthèse et que la République n’a jamais cessé d’exister. Puis il se rend à l’Hôtel de ville, où il prononce un discours dans lequel il insiste sur le rôle essentiel joué par les Français pour leur propre libération. Le lendemain, 26 août, il descend triomphalement les Champs-Élysées. Le « peuple dans ses profondeurs » manifeste un enthousiasme indescriptible[27].

Après le débarquement en Normandie, le 6 juin 1944, le général de Gaulle fit son entrée en territoire français sur la plage de Courseulles-sur-Mer en Normandie le 14 juin 1944. Ce même jour, il prononça le premier discours de Bayeux. Le CFLN prit alors le nom de Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) Les Français découvrirent alors son imposante silhouette (il mesurait 1,93 m).

La fermeté et la rapidité avec lesquelles le général de Gaulle a rétabli l’autorité d’un gouvernement national permettaient d’éviter la mise en place de l’AMGOT, prévu par les Américains, qui aurait fait de la France libérée un État administré et occupé par les vainqueurs. Il insista avec vigueur auprès du général Eisenhower, commandant en chef des armées alliées, pour que Paris fût libéré rapidement, alors que sa stratégie prévoyait d’aller directement vers l’est sans passer par la capitale.

Président de la Ve République

En novembre, les gaullistes remportent les élections législatives et obtiennent une confortable majorité. En décembre, de Gaulle est élu président de la République avec 78 % des voix au suffrage indirect par plus de 80 000 grands électeurs.

Charles de Gaulle prend ses fonctions de président de la République le 8 janvier 1959, il succède à René Coty. Il engage de difficiles mesures pour revitaliser le pays, avec en particulier l’introduction du nouveau franc (valant 100 anciens francs).

Sur la scène internationale, refusant la domination des États-Unis comme de l’URSS, il défend une France indépendante, disposant de la force de frappe nucléaire. Il met en place également les débuts du programme spatial français. En tant que membre fondateur de la Communauté économique européenne (CEE), il pose son veto à l’entrée du Royaume-Uni.

Secrets-Revelations.com is proudly powered by WordPress and Design Lviv.
Entries (RSS) | Comments (RSS).
services B2B | Plate-forme de communication | Creation boutique en ligne | annuaire des meilleurs sites | Service traduction | Worldtech International | Obtenez un devis travaux | 123-devis | de-devis | devis-maison | un-devis | annuaire-courtiers | simulation-en-ligne | medecine alternative | Roumanie immobilier | anti-crise.com | Casinos Poker Paris-Sportifs | Gagner de l'argent sur internet | secrets-revelations | Forum politique | cancer spiruline |