Rapporté dans deux dialogues de Platon, à une date où celui-ci est déjà âgé, vers 357 av. J.-C., l’histoire de l’Atlantide a soulevé de nombreuses questions, de nombreux débats et a été l’objet de milliers d’ouvrages, si bien qu’on a pu la présenter comme le plus grand de tous les mystères[1]. Pour qui accorde de la véracité au récit de Platon, il résonne depuis près de 2 370 ans comme un avertissement sur l’incroyable pérennité des connaissances humaines d’une histoire qui se serait transmise sur plus de 11 600 ans. Ainsi le géologue Jacques Collina-Girard a étudié les possibilités d’une transmission orale de lointains événements historiques et géologiques.

Mais si Platon précise dans ses dialogues « le fait qu’il ne s’agit pas d’une fiction, mais d’une histoire véritable est un intérêt capital[2] » une vaste majorité d’historiens[3] s’accordent aujourd’hui à voir le mythe de l’Atlantide comme une fable de Platon. C’est l’opinion qui s’est en effet imposée avec les travaux de Pierre Vidal-Naquet[4] et de Christopher Gill[5] dans le monde anglo-saxon. « La narration platonicienne introduit effectivement quelque chose de nouveau : dire le fictif en le présentant comme le réel. Avec une perversité qui lui a valu un immense succès, Platon a fondé le roman historique, c’est-à-dire le roman situé dans l’espace et dans le temps[6] ». Aristote et Ératosthène avaient dès l’Antiquité marqué leur scepticisme face au mythe de Platon[7]. Pour Hervé Duchêne, professeur d’histoire ancienne à l’université de Bourgogne, le procédé rhétorique de Platon, présentant le fictif comme le réel a égaré « ceux qui cherchent naïvement dans le Critias et le Timée une réalité historique ou topographique précise[8] ».

A la recherche de l’Atlantide

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.