« Previous PageNext Page »

Invité le 28 mai 2009 sur le plateau de la chaîne de télévision américaine KMPH Fox 26 du groupe FOX TV, l’architecte et spécialiste des structures en acier Richard Gage y expose en direct les preuves de démolition contrôlée des tours du World Trade Center. Saisissant !

Richard Gage, figure centrale du mouvement pour la vérité sur le 11-Septembre, est le fondateur de l’association “Architectes et Ingénieurs pour la Vérité sur le 11 Septembre” qui rassemble à ce jour 700 ingénieurs et architectes.

Regardez également l’interview édifiante du scientifique Niels Harrit par la chaîne danoise TV2 après la publication le 6 avril 2009 d’une étude internationale démontrant la présence d’explosifs dans les décombres du WTC : http://www.dailymotion.com/user/ReOpen911/video/x92lw5_11-septembre-la-preuve-que-des-expl_news

La version officielle de l’effondrement du WTC est désormais bel et bien invalidée par la science !

Pour aller plus loin, vous pouvez regarder le documentaire “911 Mysteries – Demolitions”, le film référence sur les aspects techniques et scientifiques de l’effondrement des tours : http://www.dailymotion.com/relevance/search/911%2Bmysteries/video/xssrd_911-mysteries-stfr_events

Source: http://reopen911.info/

Dans cette vidéo, on peut constater qu’au Québec (Où la liberté de presse et de pensée sont de rigueur au pays du Caribou ) , ça encourage réellement de savoir que la toile du net pousse les portes des médias officiels, et qu’enfin l’on puisse permettre aux gens de se poser les bonnes questions, la guerre de l’information fait déjà des dégâts, en voici les premiers témoignages.

Ci-dessous les liens pour accéder aux deux films Zeitgeist et Zeitgeist Addendum ce qui vous permettra de vous faire votre propre avis sur le sujet.

Zeitgeist Movie


L’oecuménisme, au départ, c’est la volonté de réunir en une seule église, les différentes dénominations chrétiennes. Orchestré par le concile de Vatican II, le mouvement de la fin du XXe siècle a débordé le “christianisme”. Aujourd’hui, ceux qui resteront dans le giron oecuménique du Catholicisme seront conduits vers la religion mondiale unifiée que l’ONU du XXIe siècle se fera fort d’établir sur la planète.

En octobre 1986 les représentants des églises chrétiennes et des religions non-chrétiennes se sont rassemblés pour la paixà Assise. En 1993 a été créé un parlement des religions en faveur d’un engagement commun du droit et de la justice. En 2000, la première conférence pour “une religion mondiale unifiée” a eu lieu à New-York sous l’égide de l’ONU.

Nulle religion n’est capable d’accomplir la volonté de Dieu. La Paix, l’amour de Dieu et l’amour de l’humanité se réalisent uniquement dans nos
vies par la connaissanceet l’obéissance à la Parole de Dieu. Jésus-Christ est cette Parole de Dieu, Parole faite chair (Jean 1).

Selon un article de La Croix, La troisième encyclique du pape Benoît XVI, destinée à renouveler la doctrine sociale catholique à l’heure de la mondialisation, devrait être signée en mars 2008. Le Pape avait déjà évoqué le NWO dans un précédent discours en novembre 2007, parfois interprêté comme une invitation à créer un Nouvel Ordre Mondial.

A Noël 2005, Benoit XVI avait évoqué le Nouvel Ordre Mondial d’une façon très différente :


“Homme moderne, adulte pourtant parfois faible dans sa pensée et dans sa volonté, laisse-toi prendre par la main par l’Enfant de Bethléem; ne crains pas, aie confiance en Lui! La force vivifiante de sa lumière t’encourage à t’engager dans l’édification d’un nouvel ordre mondial”.

Dans la vidéo qui va suivre, un témoignage édifiant confirmant la volonté d’infiltrer l’Eglise pour constituter ce Nouvel Ordre Mondial.

L’administration Bush a intimidé les témoins lors des auditions de la Commission d’enquête sur le 11-Septembre

En remettant en cause le fonctionnement autoritaire de l’Administration Bush et en souhaitant plus de transparence dans l’exercice du pouvoir, l’Administration Obama a ouvert une boîte de Pandore. De nombreux documents jusqu’ici secrets sont déclassifiés. Parmi eux, des notes internes de la Commission d’enquête sur le 11-Septembre. Celle que nous publions aujourd’hui atteste que des pressions ont été exercées sur les fonctionnaires et militaires ayant comparu devant la commission afin qu’ils ne répondent pas aux questions relatives au rôle et à la réaction de l’Administration face aux attentats.

On savait que la Commission d’enquête du les attentats du 11-Septembre était une mise en scène visant à valider la version gouvernementale des attentats en se substituant à une enquête judiciaire ou parlementaire. Après d’interminables tergiversations, le président Bush avait nommé lui-même une commission indépendante du Congrès qui n’avait pas manqué de l’innocenter de toute erreur ou culpabilité dans cette tragédie. Devant la colère des familles de victimes, M. Bush avait d’abord confié la présidence de cette commission au docteur Henry Kissinger [1] assisté de George J. Mitchell. Puis devant le tollé suscité par ces nominations, il les avaient remplacés par un ancien administrateur de la National Endowment for Democracy (NED), le républicain Thomas Kean, assisté par le démocrate Lee Hamilton [2]. Cependant, comme l’a montré Philip Shenon, journaliste au New York Times, le travail de la commission était en réalité encadré par son directeur exécutif, Philip Zelikow, en étroite collaboration avec Condoleezza Rice et Karl Rove [3]. M. Zelikow s’est attaché à écarter tous les témoins incontrôlables. Le schéma détaillé du rapport et les conclusions qu’il devait établir avaient été rédigés avant même que ne commencent les auditions. Le document que nous publions aujourd’hui atteste de la surprise des personnels de la commission devant les pressions exercées sur les fonctionnaires et militaires auditionnés pour qu’ils ne livrent aucune information qui s’écarte de ce schéma. Il va de soi que les recommandations des personnels de la commission pour plus de transparence n’ont jamais été prises en compte par les commissaires.

Document

Circulation limitée aux membres de la commission

A : Dan Marcus et Steve Dunne
De : Kevin Scheid, Col. Lorry Fenner et Gordon Lederman
Date : 2 octobre 2003
Objet : Intimidation des témoins par les représentants de l’Exécutif

Au cours des entretiens de l’équipe 2 et d’autres, nous avons observé trois tendances concernant les représentants (« surveillants ») du Pouvoir exécutif présents [5].

En premier lieu, ce qui manque aux agences c’est une définition commune de la fonction des surveillants durant les entretiens. Les différents point de vue des agences incluent : (1) les surveillants comme représentants des agences, devant s’assurer que le personnel de la commission se conforme à l’accord entre l’Exécutif et la commission concernant l’étendue concrète de l’enquête menée par la commission ; (2) les surveillants en tant que participants aux entretiens, répondant aux questions adressées aux témoins ; (3) les surveillants en tant que rapporteurs des agences, rendant compte auprès de leur agence respective des directions prises par l’enquête de la commission et des réponses des témoins au mot près ; (4) les surveillants en tant que conseillers, pouvant être consultés par les témoins durant les entretiens ; et (5) les surveillants en tant que greffiers d’actes précis survenus lors des entretiens, comme par exemple la transmission de documents soumis par les témoins au personnel de la commission. Nous suggérons que Dan Levin [6] formule une définition commune du rôle de la présence des surveillants aux entretiens.

En second lieu, les surveillants ont parfois répondu aux questions adressées aux témoins. Il est important pour notre enquête que nous puissions déterminer non seulement comment la communauté du renseignement est censée fonctionner dans le cadre de sa politique et de ses procédures, mais également comment celle-ci fonctionne réellement. Lorsque nous avons souhaité entendre des témoins au sujet de certains rôles et responsabilités au sein de la communauté du renseignement, les surveillants ont préempté les réponses des témoins en se référant à la politique et à la procédure formelles. En conséquence, les témoins n’ont pas répondu à nos questions et nous nous sommes trouvés dans l’impossibilité de comprendre le fonctionnement réel de la communauté du renseignement et la vision des témoins de leur rôle et responsabilités.

Troisièmement, les surveillants ont adopté des postures physiques et une attitude qui, selon nous, intimident les témoins afin qu’ils ne donnent pas de réponse complète et sincère à nos questions. Les surveillants se sont la plupart du temps installés à côté des témoins et face au personnel de la commission, suggérant aux témoins qu’ils sont également des participants à l’entretien et qu’ils ont le même statut que ces derniers. De plus, les surveillants prennent note au mot près des déclarations des témoins, ce qui d’après nous suggère aux témoins la possibilité que leurs supérieurs examinent ultérieurement leur témoignage et puissent les sanctionner. Nous pensons que l’impact global du comportement des surveillants, intentionnellement ou non, est d’intimider les témoins et de faire obstruction à des réponses exhaustives et sincères. En outre, la prise de note exacte par les surveillants facilite, pour les agences, la tâche consistant à informer les futurs témoins de la direction prise par l’enquête de la commission et permet aux agences de préparer les futurs témoins de façon explicite ou implicite.

Nous vous demandons de soulever la question de l’attitude des surveillants auprès du Pouvoir exécutif afin de faire en sorte qu’ils n’agissent plus ainsi à l’avenir. L’énoncé de principes ci-joint sera peut-être utile afin de définir le rôle et l’attitude des surveillants. Nous vous sommes par avance reconnaissants pour votre aide. Merci.

Principes encadrant les représentants de l’Exécutif participant aux entretiens menés par la Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis

(1) Le but de la présence de représentants de l’Exécutif (« surveillants ») lors des entretiens est de s’assurer que les questions du personnel de la commission se limitent au champ d’investigation négocié entre l’administration et la commission. Si un surveillant estime qu’une question outrepasse cet accord, alors le surveillant doit immédiatement émettre une objection.

(2) Un seul surveillant pourra participer à l’entretien même si le témoin a occupé des fonctions dans plusieurs agences. Le personnel de la commission est susceptible d’entendre un tel témoin au sujet de ses activités dans n’importe laquelle de ces agences. L’Exécutif devra préciser avant chaque entretien si le témoin a occupé des fonctions dans plus d’une agence et devra décider quelle agence dépêchera un surveillant pour participer à l’entretien.

(3) L’ambassadeur ou l’adjoint au chef de mission désignera le surveillant pour les consultations entre le personnel de la commission et les représentants de gouvernements étrangers hors des États-Unis. Le département d’État désignera le surveillant pour toute consultation de ce type sur le territoire des États-Unis. Le personnel de la commission pourra solliciter d’autres représentants de l’Exécutif afin qu’ils participent à ces consultations.

(4) Les anciens employés du Pouvoir exécutif pourront choisir de solliciter un surveillant délégué par l’Exécutif afin qu’il participe à leur entretien.

(5) Le personnel de la commission annoncera le début de l’entretien à l’heure prévue sans attendre un surveillant tardif.

(6) Les surveillants ne répondront pas aux questions adressées aux témoins. Un surveillant souhaitant fournir des informations au personnel de la commission pourra le faire par écrit à l’issue de l’entretien.

(7) Les surveillants garderont « profil bas » pendant l’entretien, par exemple en s’installant derrière les témoins de façon à ce que ces derniers ne les voient pas. Dans tous les cas, les surveillants prendront place selon les instructions du personnel de la commission.

( 8 ) Les surveillants ne prendront pas note mot pour mot des entretiens, ce dont le personnel de la commission informera les témoins.

(9) Si un témoin souhaite consulter le surveillant, alors ce témoin doit demander une suspension temporaire de l’entretien.

(10) Si un surveillant enfreint une quelconque disposition parmi celles énoncées ci-dessus, alors le personnel de la commission pourra suspendre et reprogrammer l’entretien, de même il pourra interdire à ce surveillant de participer à tout entretien futur.

Source: http://www.voltairenet.org/article159916.html

Michel Collon “Le rôle des médias et de l’union Européenne”
Conférence datée du 27 février 2009, au centre islamique et culturel de Liège, dans le cadre de la journée du soutien au peuple Palestinien
Réalisé par Mediane.Tv

Biographie [modifier]

Michel Collon a commencé sa carrière à l’hebdomadaire alternatif Solidaire. Il a poursuivi son travail de manière indépendante à travers livres, films et une newsletter internet diffusée à 40 000 abonnés. Proche du Parti du travail de Belgique, il a organisé des déploiements d’observateurs civils en Yougoslavie et en Irak. Il est membre de la conférence « anti-impérialiste » Axis for Peace.

Il a dénoncé l’usage d’une photo manipulée pour faire croire que des soldats chinois s’étaient déguisés en moines bouddhistes et avaient provoqué les émeutes du printemps 2008 au Tibet[1]. En fait, cette photographie montrant des policiers chinois recevant des robes de moines, qui aurait fait l’objet d’une diffusion massive par courrier électronique fin mars 2008 comme preuve de cette implication s’est avérée provenir d’un tournage de fiction réalisé en 2003[2]. Selon le Los Angeles Times, cette photo aurait été prise lors du tournage du film Le Talisman de Michelle Yeoh tourné à Lhassa en 2001-2002.[3]

Bibliographie [modifier]

  • Attention, médias ! Médiamensonges du Golfe – Manuel Anti-manipulation, EPO, Bruxelles, 1992 (ISBN 9782872620876)
  • Poker menteur, Les grandes puissances, la Yougoslavie et les prochaines guerres, EPO, Bruxelles, 1998 (ISBN 2872621148)
  • Monopoly, L’Otan à la conquête du monde, EPO, Bruxelles, 2000 (ISBN 2872621717)
  • L’Empire en guerre, (ouvrage collectif), Le Temps des Cerises, Paris, 2001 (ISBN 284109331X)
  • et al., Médias et Censure (ouvrage collectif), Ed. Université de Liège, 2004 (ISBN 2930322705)
  • Bush, le cyclone, Les lois économiques qui mènent à la guerre, la pauvreté et d’autres crimes, Oser dire, 2005 (ISBN 2919937049)

Lors de ce spectacle Dieudonné reviens notamment sur sa médiatisation remarquée avec Jean-Marie Le Pen, encore une fois il a eut les médias à leur propre jeu.

Dieudonné et Bush

Dieudonné et Le Pen

Dieudonné et les pygmées

Dieudonné Faurisson le sketch !!!

Dieudonné antisémite ?

Dans ce cas que fait-il au beau milieu de ses quatre rabbins anti-sionnistes ?

Dieudonné remercie les médias

Dieudonné s’explique sur rmc 4 mai 2009

Communautarisme Etatique

Dans son intervention à la radio RMC info du 4 mai 2009 Dieudonné met en avant pour défendre la légitimité de son programme anti-sionniste aux européennes 2009, la réunion organisée entre dirigeants politiques, institution religieuse ( le CRIF) , et médias, en voici quelques images permettant de corroborer ces faits. La République Laique est-elle en danger, à vous de juger …

Le JT c’est l’heure de grande écoute du grand public, et nos soit disant journalistes ( les mêmes qui vous ont annoncé que le nuage de Tchernobyl s’arrêterait à la frontière montagneuse! ) ont semble-t-il quelques problèmes de traduction et de ligne de conduite. A vous de juger mais comme vous pourrez le constater, le flagrant délit de manipulation est de mise dans cet extrait.

UNE CONFERENCE DE IAN XEL LUNGOLD (Sedona – Arizona en février 2005)

De retour du Canada ou il a donné 70 conférences, Ian revient à Sedona pour la 2ème fois. La moitié des personnes présentes dans la salle est déjà venue la 1ere fois. Ian vient ajouter aux découvertes de base les résultats de ses 3 dernières années de recherche en se focalisant sur ce si se passe actuellement et sur les perspectives de l’avenir au regard du calendrier Maya. En effet, la question n’est pas ici « Que faisaient-il dans le temps ? », mais « Que faisons-nous maintenant ? ».

Ian Xel Lungold n’est ni archéologue, ni érudit. Il a été entraîné dans cette aventure par l’intermédiaire de son métier : il est bijoutier. Il fabriquait des symboles Maya qui ont commencé à agir sur lui car ils ont de très puissantes significations. Ian s’est donc intéressé à la culture Maya et il a découvert le calendrier. Un an et demi plus tard, il a mis au point un procédé permettant de convertir le calendrier maya en calendrier grégorien et a publié un livre.

A l’autre bout du monde, en Suède, le Dr Calleman (biologiste) en a pris connaissance alors qu’il faisait des recherches de son coté depuis 7 ans. Il cherchait des preuves tangibles sur ce calendrier. Il a découvert qu’il avait une structure de base qui est inscrite sur une pierre dans un endroit appelé COBA. Ces inscriptions décrivent différentes périodes de temps. Il a compilé toutes les découvertes scientifiques et historiques qu’il a faite avec celles de Ian ,et a appliqué ce modèle sur celui du calendrier Maya.

Un mouvement général d’évolution de conscience est alors apparu. Il y a 9 niveaux dans le calendrier Maya et nous sommes actuellement dans le 8 ème niveau (NDLR : un article spécifique va suivre). Et plus précisément au milieu du 8 ème niveau (NDLR: au moment de la conférence en 2005). Chacune des sections, ou différents niveaux d’évolution de conscience, est divisée en parties égales de 13 périodes de temps.

La toute première section a commencé il y a 16,4 milliards d’années avec le big bang. Une forme particulière de conscience s’y est développé, pas à pas, étape par étape. Cette conscience de base est appelée ACTION /REACTION et concerne toutes les lois physiques.

Donc tout est conscience : l’herbe, les arbres, les pierres, ce stylo…Celui-ci est très intelligent car il sait exactement quoi faire, il a une conscience qui enregistre quoi faire. (Ian laisse tomber son stylo par terre). Le niveau de conscience de ce stylo est : action/réaction.

La conscience existe à différents niveaux et la conscience du 1er niveau est action./réaction. Puis, il y a 820 millions d’années, la stèle de Coba montre qu’un autre cycle a commencé pour suivre le même processus en développant cette fois un type de conscience différent…(et ainsi de suite pour les 9 cycles)…

Source: http://axial-media.over-blog.org/categorie-10806922.html

Lien vers le site du conférencier et lien direct vers le calendrier Maya que vous pouvez suivre au jour le jour:

http://www.mayanmajix.com/TZOLKIN/DT/DT.html

Ces glyphes visibles uniquement du ciel ont été conçus par les ancêtres Nazca, pour qui pour quoi, nul ne le sait officiellement, mais la question prend une toute autre tournure quand on connaît un peu mieux ce sujet, à vous de juger !

Le projet High Frequency Active Auroral Research Program, abrégé en HAARP, est un programme américain à la fois scientifique, civil et militaire de recherche sur l’ionosphère. Il est dirigé conjointement par l’armée de l’air et la marine des États-Unis d’Amérique et par l’Université de l’Alaska.
L’installation HAARP utilise notamment la technologie IRI (ionospheric research instrument) permettant de modifier localement la ionosphère, par excitation via des ondes haute fréquence (HF), et ainsi d’étudier les modifications sur les communications longues distances.
Au XXIe siècle, la puissance installée est de 960 kW (la puissance finale prévue est 3.6MW) avec une ERP (puissance iradiée) de 84 dbW en utilisant actuellement 48 antennes du type dipôle. La gamme de fréquence utilisable est de 2,8 à 10 MHz. Deux des fréquences utilisées sont 3,99 MHz et 6,99 MHz.

Emplacement :

Le site d’investigation est près de Gakona, Alaska (lat. 62.23° Nord, long 145.09° Ouest). Une aire importante de 180 antennes est en cours d’installation à un coût initial de 30 millions de dollars afin de faire une table de transmetteurs en phase, nommé IRI. HAARP est le 3ème site de recherche ionosphérique des États-Unis, les autres étant dans les environs de l’observatoire d’Arecibo à Porto Rico, et proche de Fairbanks en Alaska, la station HIPAS. La station de recherche Européenne EISCAT avec un puissance de 1000 MW (ERP) est située près de Tromsø, en Norvège. Une station similaire se trouve en Russie près de Nijni-Novgorod, avec une puissance de 190 MW, il s’agit de la station Sura.

Objectifs de ces installations de rechercheSelon le site web dédié à ce programme, cette installation a pour objectif d’étudier les propriétés de l’ionosphère. Plus particulièrement, elle permet d’étudier comment les perturbations de cette couche de l’atmosphère par les orages magnétiques affectent les communications radio mondiales, les systèmes de navigation par satellite ainsi que les réseaux de transport d’électricité sur de longues distances.
Avec ces installations, les chercheurs « tentent aussi de produire de petits changements temporaires sur une région limitée, directement au-dessus du site d’investigation, qui, en aucun cas, ne peut être comparable aux phénomènes globaux provoqués par les perturbations solaires. Les instruments, d’une sensibilité extraordinaire, installés à l’observatoire HAARP permettent de faire des corrélations détaillées à partir des effets limités ainsi produits, permettant une meilleure compréhension de la façon dont l’ionosphère répond à une grande variété de phénomènes naturels.
Le projet HAARP est l’un des dossiers favoris des adeptes de la théorie du complot. Une rapide recherche sur le web permet de constater, sur les sites dédiés à mettre à jour diverses « conspirations », que d’autres intentions sont prêtées à ce projet. Sa capacité d’influencer l’ionosphère serait beaucoup plus importante qu’officiellement admise. Ces 180 antennes (selon le site officiel qui parle de 48 en 2003 et de 180 dans le futur) permettraient un jour de faire des recherches pour pouvoir modifier la météorologie, interrompre toute forme de communication hertzienne, détruire ou détourner avions et missiles et finalement, influencer les comportements humains, tout cela via des actions sur l’ionosphère. Les principaux arguments à cet effet sont l’implication du ministère de la défense des États-Unis dans le projet, le manque d’explications précises sur l’utilité d’une telle installation et les doutes émis par plusieurs scientifiques internationaux.
Haarp et aurores boréales

D’après le site FuturaSciences, le projet Haarp aurait déjà permis de créer une micro aurore boréale artificielle en 2005.

Joseph Macé-Scaron ex-Directeur du Figaro-Magazine défend le portait psychologique réalisé par Marianne sur Sarkozy : Preuve à l’appui, il décrit cruement la manière dont il a été viré du Figaro-Magazine parce qu’il refusait de …

Un spécialiste danois en nano-chimie (1), vient de publier un article scientifique démontrant la présence d’explosifs dans les décombres du World Trade Center (2). De l’autre coté de l’Atlantique, John Farmer, l’ancien conseiller juridique de la Commission sur le 9/11 a affirmé en prélude à la sortie de son livre qu’« à un certain niveau du gouvernement, (…) il y a eu un accord pour ne pas dire la vérité sur ce qui est arrivé » (3) .

Ces deux informations ne seront probablement pas transmises par les médias français. Dans notre pays, remettre en question la version officielle du 11 septembre n’est plus permis, sans doute parce que beaucoup ont dit n’importe quoi sur la question. Pour que les choses soient claires, La Télé Libre ne croit pas aux théories du complot. La Télé Libre ne « croit » pas tout court. La Télé Libre cherche à informer, et comme beaucoup dans le monde, elle doute que toute la vérité sur les attentats soit consignée dans le document The 9-11 Commission Report (rapport de la commission sur les attentats du 11/09/01).

Un sondage New-York Times-CBS révélait déjà en 2006 que seuls 16% des américains croyaient dans la version officielle…

Niels H. Harrit est professeur de chimie à l’université de Copenhague au Danemark. Dans un article publié le vendredi 3 avril dans The Open Chemical Physics Journal, il décrit la présence de résidus actifs d’un explosif appelé nano-thermite dans des poussières issues du WTC. Cet article, écrit en collaboration avec huit chercheurs, représente 18 mois de travail. Les conclusions sont troublantes. Une grande quantité de cet explosif, entre 10 et 100 tonnes, était semble-t-il présente, répartie dans les tours 1, 2 et 7 du World Trade Center, avant les attaques. Pour le Dr. Harrit et ses collaborateurs, seule l’utilisation de cet explosif peut être à l’origine des effondrements successifs et non les impacts des deux avions détournés par les pirates de l’air. Les éléments découverts par Niels H. Harrit et ses collègues ne figurent pas dans le rapport de la Commission sur les attentats du 11/09. L’article intitulé « Active Thermitic Material Discovered in Dust from the 9/11 World Trade Center Catastrophe » a été publié il y a un peu plus de deux semaines, et n’a donc pas encore fait grand bruit. L’article scientifique est disponible dans son intégralité ici : http://www.bentham.org/open/tocpj/openaccess2.htm

Depuis plusieurs années, ce n’est pas tant les évènements du 11 septembre qui portent à débat que la version officielle de ces évènements. Consignée par une Commission dans un rapport de près 600 pages, aujourd’hui également disponibles en bande dessinée, cette version officielle est contestée par les membres du 9/11 Truth Movement à travers le monde. Leur nombre grandi de jour en jour et  des associations de spécialiste (ingénieurs, architectes, pilotes, vétérans, pompiers, hommes politiques, avocats, etc .) en faveur d’une nouvelle investigation voient régulièrement le jour. Si cet ensemble de personnes met en doute la véracité des faits décrits dans le rapport officiel, ce sont aujourd’hui certains membres de la commission qui en critiquent le travail et les résultats.

C’est le cas de John Farmer, l’ancien conseiller juridique de la Commission sur le 11/09. Il a annoncé la sortie de son livre The Ground Truth: The Story Behind America’s Defense, on 9/11 (La vérité bâillonnée : L’intrigue du 11/9 derrière la défense de l’Amérique) à paraître le 12 mai au États-Unis. Dans ce livre, il ne sera pas question de chercher ou de trouver de nouveaux coupables ou responsables. Il ne sera donc pas non plus question d’alimenter une quelconque théorie du complot. Il s’agit de faits. John Farmer part d’un constat : « A un certain niveau du gouvernement, à un moment (…) il y a eu un accord pour ne pas dire la vérité sur ce qui est arrivé. » Pour lui, certains organismes gouvernementaux n’ont pas tout dit ou ont carrément menti. C’est le cas par exemple du NORAD (North American Aerospace Defense Command) dont la mission est la surveillance de l’espace aérien nord-américain. Cet organisme n’avait pas, à l’époque de l’enquête, mis toutes les informations dont il disposait à la disposition des enquêteurs. M. Farmer estime que les travaux sont donc biaisés et servent à établir une fausse impression de vérité. Ces commentaires émanant d’un proche conseiller de la Commission, il est difficile de ne pas en tenir compte lorsque l’on se penche sur la véracité des thèses que contient le document final.

En France, l’association reopen911.fr, fer de lance du mouvement pour la vérité sur le 11/9 continue de se mobiliser. Elle est parvenue à organiser la distribution du film “Loose Change Final Cut” en version française. Le DVD du film est distribué chez les marchands de journaux de l’hexagone avec le Hors Série numéro 5 du magazine Les Grands Mystères de l’Histoire. Le documentaire qui déchaîne les passions depuis sa première version qui date d’avril 2005 est aujourd’hui en vente dans sa dernière mouture. Toujours autant de questions, toujours aussi peu de réponses, et toujours ce doute qui gagne les spectateurs tout au long des 2h10 de ce film qui ne demande qu’une chose : une nouvelle enquête pour que la vérité soit établie.

Sans cette enquête, les “conspirationnistes” de tout poil pourront prospérer en propageant ce qu’ils présentent comme des certitudes.

Source: Antoine Sanchez pour LaTéléLibre.fr

Les liens/références et le gras sur certains passages de l’article ont été ajoutés par ReOpenNews


Références :

(1) Intervention du professeur Niels H. Harrit sur la télévision danoise

(2) Une nouvelle étude scientifique confirme la présence de thermite dans la poussière du WTC

(3) Un avocat de la Commission sur le 11 septembre déclare : le gouvernement a accepté de mentir

« Previous PageNext Page »

Secrets-Revelations.com is proudly powered by WordPress and Design Lviv.
Entries (RSS) | Comments (RSS).
services B2B | Plate-forme de communication | Creation boutique en ligne | annuaire des meilleurs sites | Service traduction | Worldtech International | Obtenez un devis travaux | 123-devis | de-devis | devis-maison | un-devis | annuaire-courtiers | simulation-en-ligne | medecine alternative | Roumanie immobilier | anti-crise.com | Casinos Poker Paris-Sportifs | Gagner de l'argent sur internet | secrets-revelations | Forum politique | cancer spiruline |